UNILEVER : UNE MEMOIRE D’ELEPHANT

vendredi 23 septembre 2022

Nous avons pris connaissance des déclarations de l’ex-Pdg monde d’Unilever, Paul Polman dans les colonnes du Figaro et de La Croix du 16 septembre dernier. Mr Polman semble frappé d’amnésie. Se repentirait-il, comme le font régulièrement d’anciens cadres dirigeants de grands groupes pour libérer leur conscience des destructions humaines et naturelles dont ils doivent pourtant assumer l’entière responsabilité ? Ou bien, plus sûrement, continue-t-il à jouer une bien mauvaise pièce mortifère et sans avenir ?

Nous n’oublions pas les 1 336 jours de lutte qui nous ont opposés à la multinationale, les discours et les actes insultants pour les travailleurs. À l’été 2012, des décisions importantes venaient d’être prises par le nouveau gouvernement français issu des élections présidentielles et législatives, notamment la préemption et l’achat des bâtiments par la Communauté urbaine de Marseille, la mise en place de groupes de travail pour enfin travailler sur notre solution alternative, solution que nous portions depuis près de 2 ans déjà…

Paul Polman était venu en France pour tenir une conférence de presse. Son but évident était de mettre la pression, par chantage, sur ce gouvernement pour que celui-ci cesse une approche empathique des exigences des Fralibs (voir ci-joint la déclaration commune Cgt-Cgc). Malheureusement ce piège a fonctionné. Sans les hésitations, atermoiements, changements de braquet des ministres de l’époque, nous aurions pu sortir de ce conflit en fin d’année 2012. Soit par idéologie, soit par couardise, ses positions ont basculé en faveur de la multinationale. Ce qui nous a contraint à lutter deux ans de plus avant d’enfin signer un accord de fin de conflit en mai 2014, nous permettant notamment de lancer notre projet de coopérative.

Sans grande illusion, mais sait-on jamais, les voix du seigneur étant impénétrables, nous proposons à l’ex-Pdg


Documents joints

PDF - 129.2 ko

Annonces

Arrêtez le massacre

Ernest Pignon Ernest

Suite à la décision prise lors de son 8ème Congrès à Vénissieux en Janvier 2006, La FNAF-CGT a placé au cœur de sa démarche revendicative pour l’amélioration des conditions de travail et la défense de la santé au travail des salariés dans ses secteurs professionnels

Agrandir l’affiche


Boycott

Le comité National de Soutien et de Lutte

Agrandir l’affiche

Voir le Comité National de soutien et de lutte